Hans Hartung

mon avis: 
4
Hans Hartung

Hans Hartung
La fabrique du geste
jusqu'au 1er mars 2020

A l'occasion de sa réouverture après des travaux de rénovation, le Musée d'art moderne présente une magnifique rétrospective du peintre Hans Hartung (1904 - 1089), précurseur de l'abstraction.
Acteur d'un siècle de peinture, il ne cessera jamais de peindre malgré la montée du fascisme en Allemagne et la précarité de l'après-guerre en France. 
Les trois cent oeuvres proviennent de collections publiques françaises et internationales et pour une grande part de la Fondation Hartung- Bergman (fondée par son épouse Anna-Eva Bergman). L'artiste aime l'expérimentation. Il incarne une modernité sans compromis. Sa série de visages, poignante, rappelle Guernica de Picasso dessinés en 1940 lorsque Paris tombe aux mains des allemands. En 1944, pendant la campagne de libération de l'Alsace, Hartung est blessé et doit être amputé de la jambe droite. Il doit surpasser les contraintes physiques et invite de nouvelles manières de peindre. Il devient l'un des premiers artistes gestuels, annoncant l'action painting d'un Pollock. Il s'affranchit du pinceau en utilisant des outils comme un pistolet de carrosier, une sulfateuse agricole, un balai de branches de genêt trempées dans la peinture. Mais aussi aérosol, spray, tyrolienne, pour projeter, tracer, gratter ou abraser. C'est une nouvelle façon de peindre, une véritable révolution, la libération du geste. Dont Pierre Soulages va s'inspirer dans sa peinture (exposition à voir également en ce moment au Louvre).

Deux expositions importantes pour comprendre l'art contemporain..

Inscrivez vous à ma Newsletter